Acronyme pour Clothed Female Nude Male, le CFNM

CFNM11
Acronyme pour Clothed Female Nude Male, le CFNM

Acronyme pour Clothed Female Nude Male, le CFNM est une pratique, un fantasme et une représentation érotique, dérivés du SM section domination féminine. Pour les non anglophones, la définition désigne le fait d’avoir en présence un ou plusieurs hommes nus et une ou plusieurs femmes habillées. Le concept contient donc une bonne dose d’humiliation mais aussi d’exhibitionnisme. En effet quoi de plus rigolo qu’un homme nu avec son machin qui pendouille ?

Les figures habituelles du genre sont le footjob ou le shoejob (masturbation avec les pieds ou des chaussures, de préférence à talons aiguilles), le handjob (le coup de main classique aussi nommé tekoki au Japon) et la fellation. Bien sûr, ce sont là des bases sur lesquelles on peut greffer mille et une variantes plus ou moins hard selon les goûts. Ca peut être classe et sensuel, érotique et rigolo, ou carrément vulgaire. On retrouve le CFNM dans de nombreux scénarios : la doctoresse abuse de son patient, la gardienne de prison ou la fliquette qui abuse du pauvre délinquant, j’ai perdu mon maillot de bain dans la piscine/mer, etc.



cfnm dans les pratiques sm comme le footjob

Le CFNM est très peu présent en France. La faute peut-être à une vision préhistorique, véhiculée par le porno made in Dorcel, où la sexualité de l’homme des cavernes doit nécessairement passer par un soulagement animal dans sa compagne totalement soumise. A l’opposé de notre civilisation de primates, on trouve donc les japonais, passés véritables maîtres dans l’art du CFNM et du tekoki (excitation manuelle de la femme sur l’homme).

Comme d’habitude, nombre de programmes sont censurés par pixellisation. Mais les Japonaises prennent un malin plaisir à bricoler, triturer, torturer les organes génitaux mâles avant de s’amuser avec les fluides dans la joie et l’allégresse. L’archétype du mâle dominant japonais travailleur est alors totalement renversé et il devient un objet sexuel d’expérimentations complètement folles. Pour son plus grand plaisir, bien entendu.


le tekoki des infirmières, classique parmi les classiques

verrassende ervaring
On trouve deux formes de CFNM. Le factice d’abord, lié à la pornographie.

Ce sont simplement des photos ou des vidéos mis en scènes par des professionnels ou des amateurs et qui se proposent de mettre en scène des fantasmes et des situations du genre. Le site référence le plus célèbre est www.cfnm.net qui propose de nombreux scénarios en tous genres.

Le site est payant mais les filles sont jolies et les photos mettent bien en valeur le côté “réaliste” des situations même si celles-ci sont inventées de A à Z.


les auditions sont poussées et l’on prend toutes les mesures qui s’imposent

un stripteaseur
La deuxième forme est le CFNM réel ou accidentel. C’est le cas des teuf trop arrosées et qui dégénèrent façon Full Monty. On trouve aussi du CFNM dans les bizutages, plus trop en France au vu des dérives et du durcissement de la loi, mais dans certains pays nordiques, les mecs se retrouvent souvent à poil dans la campagne (les filles peuvent par contre garder leurs sous-vêtements).

Aux USA, la coutume est apparemment assez répandue et elle consiste à inviter entre copines un “loverboy”, un stripteaseur qui va jusqu’au bout, notamment à l’occasion d’un enterrement de vie de jeune fille. Faire le modèle pour des dessinatrices ou peintres est également une situation propice au cfnm.


les étranges coutumes de nos amis étudiants nordiques

manipuler par ces dominatrices
Le CFNM propose donc de laisser le libre contrôle aux femmes. Vous l’aurez bien sûr compris, il s’agit sans doute d’un fantasme plutôt masculin. Le M de SM n’est pas vraiment maso au sens propre, puisqu’il se laisse manipuler par ces dominatrices uniquement pour son propre désir. C’est néanmoins un concept intéressant car la femme n’est jamais déshabillée. On ne profite pas du corps féminin et surtout, il n’y a jamais de coït entre les deux sexes.

Assez méconnu, le CFNM existe un peu partout sans même qu’on sache qu’il s’agit de cela. C’est le cas par exemple dans le film mainstream comme “Les innocents” (the dreamers) de Bertolluci avec Michael Pitt et la belle Eva Green. Celle-ci, toute habillée, profite de Matthew, un timide étudiant étranger, pour lui sortir popaul et s’amuser avec un air malicieux !

source: nouvellechair.com


COMMENTAIRES

AJOUTER UN COMMENTAIRE

You must be logged in to comment.