L’echangisme, ce monde sans tabou

libertine
L’échangisme, ce monde sans tabou

Ils ont entre 30 et 65 ans. Ils viennent avec leur conjoint(e) ou seuls, célibataires ou non. Les femmes sont en minorité. La plupart sont des habitués. La rédaction de France Bleu Poitou est allée explorer le monde de l’échangisme, au cœur d’un club libertin, l’Alina Sauna, à Poitiers.

Selon un sondage IFOP paru en 2010, 7% de la population est déjà adepte de l’échangisme. A l’Alina Sauna, un club libertin de Poitiers, les clients n’ont qu’une obligation : être majeur. Et l’entrée est gratuite pour les dames. Mais au fait, c’est quoi le libertinage ? Est-ce que c’est de l’échangisme ? En tout cas, le libertinage est beaucoup moins tabou aujourd’hui qu’il y a quelques années. Beaucoup de couples y trouvent leur compte. “Quand vous venez en couple, c’est que vous avez une énorme confiance en votre partenaire”, explique Alain Mathieu, le patron de l’Alina Sauna. “Ca veut dire que vous êtes un couple très solide. D’ailleurs en général, les couples libertins sont les couples les plus solides qu’on trouve. Ils ne peuvent pas se quitter sur un problème de sexe, ça c’est clair !”


Echangisme et libertinage

une sélection beaucoup plus importante
Mais des hommes ou des femmes seules participent aussi à ces soirées. Car il ne faut pas confondre échangisme et libertinage. “Dire que nous sommes échangistes serait réducteur, nous sommes un club libertin : beaucoup sont adeptes de trios, ça veut dire deux hommes une femme, ou alors deux femmes avec un homme. Donc dans certains cas, les hommes seuls sont les bienvenus, tout comme les femmes seules”, poursuit Alain Mathieu.

Tout le monde peut-il entrer dans un club libertin ? Dans ce club de Poitiers, tout le monde ne peut pas participer aux soirées comme il veut. “Il y a une sélection voulue dans le tarif pour les hommes. On a un tarif de 38 ou 48 euros selon les soirées. Cette sélection par le prix nous évite d’avoir trop de soucis avec les gens qui vont venir, mais on a une sélection beaucoup plus importante dans le sas d’entrée : on laisse entrer ou on ne laisse pas entrer. On choisit avant, et on refuse tous les jours, surtout le samedi, pas mal de monde.” Pour éviter les dérapages irrespectueux, “je refuse tous ceux qui sont alcoolisés”, explique le patron. “J’ai aussi des clients qui confondent club libertin et bordel des années 30 ou 40. Donc on leur explique à l’entrée que ce n’est pas l’endroit où il faut qu’ils viennent.”



“Une discothèque où on est à poil”

on se sent libr
Ceux qui entrent jouent le jeu. Et une fois à l’intérieur, c’est souvent des habitués que l’on rencontre. “C’est comme si vous alliez en boîte tous les samedis, vous rencontrez les mêmes personnes. Eh bien ici c’est pareil”, explique cet habitué. “En fin de compte, c’est comme une discothèque où on est à poil. Après, il se passe ce qu’il se passe.” Cet habitué est venu avec sa compagne, qui apprécie l’état d’esprit du libertinage et vient pour la quatrième fois dans un tel club. “Je ne connaissais pas du tout ce monde là et ça me plaît bien, on se sent libre, à l’aise. Personne va te juger, peut importe physiquement comment tu es.” Le libertinage, ajoute un autre habitué, “c’est un état d’esprit”, où la drague est nécessaire pour passer au “coin câlins”.


Un état d’esprit qui semble séduire de plus en plus les Français. Selon l’étude de l’Ifop, 31% des hommes et 13% des femmes aimeraient ou pourraient envisager de faire l’amour avec son/sa partenaire et un autre couple. 64% des hommes et 31% des femmes aimeraient une relation avec deux personnes du sexe opposé. Un homme sur dix – contre seulement 5% des femmes – déclare même avoir déjà réalisé ce fantasme.

Coin câlins

Ils font connaissance
Dans cet établissement ouvert 7 jours sur 7, de 14h à 02h selon les journées, les soirées à thème font fureur. La plus prisée est la spéciale “massage”. Tous les mercredis, c’est soirée “gang bang”, lorsqu’une femme s’offre à de multiples partenaires masculins. Mais comment se font les rencontres ? “Les messieurs seuls s’installent par exemple dans le jacuzzi, dans le sauna ou le hammam, et discutent avec les couples ou les femmes seules qui sont là, et souvent cela leur permet de faire une rencontre”, explique le patron de l’établissement. “Ils font connaissance, et si la dame montre un désintérêt, le monsieur doit laisser tomber et passer à autre chose. Si la dame montre qu’elle est plutôt intéressée, (…) souvent il y a un jeu pour se frôler, pour se rapprocher, et après, on peut venir dans ces espaces qu’on appelle ‘coins câlins’.”

Publication: par Bénédicte Dupont, Typhaine Morin, France Bleu Poitou

COMMENTAIRES

  1. Photo du profil de Salope

    Salope

    août 8, 2015

    Merci pour votre article, celui-ci nous a permis, mon épouse et moi même de franchir le pas et d’oser entrer dans le sauna Alina à Poitiers. En couple depuis 8 ans, ces dernières années nous cherchions une solution honnête (sans tromperie) de casser la routine qui ne peut que s’installer au fil du temps. L’accueil chaleureux nous a vite rassuré et avons été surpris par le respect des gens qui étaient présent. On est effectivement loin des clichés habituels. Voir et être vu nous a suffit pour ce soir là, mais en rentrant nous étions tellement “content” que nous avons décidé d’y retourner le WE prochain…

AJOUTER UN COMMENTAIRE

You must be logged in to comment.