Quand le froid donne chaud

Quand le froid donne chaud
La cryophilie, ou « l’amour du froid » (également appelé « psychrocisme), c’est-à-dire l’excitation que procure ce qui est froid, voire glacial, peut prendre bien des formes. A l’orée de l’hiver, évoquons certaines pratiques dont quelques-unes – pas toutes – ne peuvent être adoptées qu’en saison hivernale.

D’abord celles qui peuvent convenir en toutes saisons, pour tous les gens qui possèdent un réfrigérateur… ou un point d’eau.

La glace

La glace
nous avons rapidement évoqué dans un de nos articles (cf : accroissement sensoriel 2 ) le fait que la glace brûle ! Donc, il faut parfois y aller avec prudence. Néanmoins, les jeux agréables et sans danger sont légion : la fellation effectuée avec de la glace (glaçon ou ice-cream) est un classique indémodable.

Passer sur le corps de son ou sa partenaire un glaçon qui va fondre lentement sur les tétons, par exemple, ou les parties génitales, procure un plaisir mêlé d’une divine douleur.

Plus osé : on peut prendre un gode creux, le remplir d’eau et le laisser au congélateur pour en sortir ce pic arrondi de glace et l’introduire dans le sexe ou l’anus. Mais là, attention à la brûlure : il faut donc rester attentif à la réaction de la personne qui reçoit l’objet en elle. L’insertion d’un « esquimau » (le parfum varie selon les goûts) est dans la même veine, si ce n’est que le partenaire peut goûter à l’esquimau et le consommer in situ… Sachez qu’un gode métallique est naturellement froid, sans brûler pour autant.

Dernière fantaisie, carrément sado-maso : certaines personnes aiment être allongées sur un pain de glace – ça se commande et on vous livre – et être à la merci de leur « tortionnaire »… Il faut pour cela un local adéquat, car la glace fond vite.


Le froid

Le froid
On peut être excité à l’idée d’avoir froid, d’être nu dans la froidure, de se rouler dans la neige (ce qui rejoint les fantaisies précédemment évoquées). On peut, si l’amour du froid est partagé, faire l’amour à de basses températures extérieures.
bdsm et cryophilie
bdsm dans la neigeNotons que l’un des jeux bdsm assez prisés est de jouer dehors avec une soumise dans le plus simple appareil (ou un soumis), tandis que le maître, lui, est chaudement vêtu. Selon certains récits, il n’est pas rare que cette pratique soit bdsm et douche glacéesuivie par un « réchauffement » du corps par une bonne flagellation, cette succession froid-chaud décuplant la jouissance.
Enfin, sans aller jusqu’à la glace ou la neige, l’eau bien froide procure des sensations similaires – douches d’eau froide, ou bain : la vue de la chair de poule chez une femme excite certains hommes, alors le froid est l’ennemi de la virilité et le mâle supporte en général beaucoup moins d’être refroidi, car il l’est aussi sexuellement…
excitation sexuelle par le froid
La cryophilie a connu son moment de gloire grâce au film « Neuf semaines et demie », dans lequel Mickey Rourke jouait avec la ravissante Kim Basinger dans une scène réputée torride – si vous trouvez torride « fifty shades of grey »…


COMMENTAIRES

AJOUTER UN COMMENTAIRE

You must be logged in to comment.